Aller au contenu
Agfa

Forum • Un monde sans nuages

Messages recommandés

Si vous aimez les films d'horreur, ce petit extrait est fait pour vous.

Un peu comme quand on fait un cauchemar, qu'on se réveille le matin, et que pendant quelques secondes on se dit "Tout va bien", puis on se rappelle que ce cauchemar est réel. Et qu'un long frisson vous traverse le corps.

 

https://www.quantamagazine.org/cloud-loss-could-add-8-degrees-to-global-warming-20190225/

Par Natalie Wolchover

25 février 2019

Une simulation de supercalculateur à la pointe de la technologie indique qu’une boucle de rétroaction entre le réchauffement planétaire et la perte des nuages peut pousser le climat de la Terre à un point de basculement désastreux en à peine un siècle.
Lors d'un voyage en Antarctique en 1987, le paléocéanographe James Kennett et son équipe ont jeté l'ancre dans la mer de Weddell, percé dans les fonds marins et extrait un cylindre vertical de sédiment. Dans une couche épaisse de fossiles de plancton et d’autres détritus enfouis à plus de 500 pieds de profondeur, ils ont trouvé un indice inquiétant sur le passé de la planète qui pourrait être catastrophique pour l’avenir.

Plus bas dans le cœur des sédiments, les fossiles de 60 espèces de plancton abondaient. Mais dans cette mince section d'il y a environ 56 millions d'années, le nombre d'espèces est tombé à 17. Et la composition en oxygène et en isotopes de carbone des planctons a radicalement changé. Kennett et son élève Lowell Stott ont déduit des isotopes anormaux que le dioxyde de carbone avait inondé l'air, provoquant une acidification et un réchauffement rapides de l'océan, selon un processus similaire à celui observé à l'heure actuelle.

Alors que ces 17 espèces de plancton s'enfonçaient dans les eaux chaudes et se déposaient sur les fonds marins de l'Antarctique, une créature semblable à un tapir est morte dans ce qui est aujourd'hui le Wyoming, déposant une dent dans une couche de roche sédimentaire rouge vif courant dans les badlands du Bighorn Bassin. En 1992, le chercheur du fossile des dents, Phil Gingerich, et les collaborateurs Jim Zachos et Paul Koch ont signalé les mêmes anomalies isotopiques de l'émail que Kennett et Stott avaient présentées dans leurs découvertes sur l'océan l'année précédente. Le mammifère préhistorique respirait également de l’air inondé de CO2.

Plus de points de données sont apparus en Chine, puis en Europe, puis partout. Une image est apparue d'une brève période cataclysmique, il y a 56 millions d'années, connue aujourd'hui sous le nom de Maximum Thermique Paléocène-Eocène (PETM). Après que le carbone piégé par la chaleur fuie dans le ciel par une source inconnue, la planète, déjà de plusieurs degrés Celsius plus chaude qu’aujourd’hui, gagne 6 degrés supplémentaires. L'océan est devenu très chaud près de l'équateur et a connu des extinctions massives dans le monde entier. Sur terre, singes primitifs, chevaux et autres mammifères primitifs ont marché vers le nord, suivant la végétation sous de plus hautes latitudes. Les mammifères ont également été miniaturisés au fil des générations, les feuilles devenant moins nutritives dans l’air carboné. De violentes tempêtes ont ravagé la planète; les enregistrements géologiques indiquent des crues éclair et des sécheresses prolongées. Comme Kennett l'a dit, "la Terre s'est déclenchée et l'enfer s'est déchaîné."

Le PETM ne fournit pas seulement un exemple passé de changement climatique induit par le CO2; Les scientifiques disent que cela indique également un facteur inconnu qui a une influence démesurée sur le climat de la Terre. Quand la planète a eu chaud, il a fait très chaud. Les épisodes de réchauffement antiques tels que le PETM étaient toujours bien plus extrêmes que ne le suggéraient les modèles théoriques du climat. Même après avoir pris en compte les différences de géographie, de courants océaniques et de végétation au cours de ces épisodes passés, les paléoclimatologues constatent que quelque chose de gros semble manquer à leurs modèles: un facteur X dont les variations brutales ne laissent aucune trace dans les archives fossiles.

Les preuves s'accumulent en faveur de la réponse que les experts soupçonnaient depuis longtemps mais qui n'a été que récemment capable d'explorer en détail. «Il est tout à fait clair à ce stade que la réponse tient aux nuages», a déclaré Matt Huber, modélisateur du paléoclimat à l’Université Purdue.

Les nuages couvrent actuellement environ les deux tiers de la planète à tout moment. Mais des simulations informatiques de nuages ont commencé à suggérer que, à mesure que la Terre se réchauffe, les nuages se raréfient. Avec moins de surfaces blanches reflétant la lumière du soleil dans l’espace, la Terre se réchauffe encore plus, entraînant une plus grande perte de nuages. Cette boucle de rétroaction provoque un échauffement incontrôlable du réchauffement.

Pendant des décennies, des calculs approximatifs ont suggéré que la perte de nuages pourrait avoir un impact significatif sur le climat, mais cette préoccupation est restée hypothétique jusqu'à ces dernières années, lorsque les observations et les simulations de nuages se sont améliorées à un point tel que les chercheurs ont pu rassembler des preuves convaincantes.

De nouvelles découvertes publiées aujourd'hui dans la revue Nature Geoscience montrent que les effets de la perte de nuages sont suffisamment dramatiques pour expliquer des épisodes de réchauffement anciens comme le PETM - et pour précipiter une catastrophe future. Les physiciens spécialistes du climat du California Institute of Technology ont procédé à une simulation de pointe des stratocumulus, les nuages à basse altitude qui ont de loin le plus grand effet de refroidissement sur la planète. La simulation a révélé un point critique: un niveau de réchauffement au cours duquel les stratocumulus se dissipent complètement. La disparition survient lorsque la concentration de CO2 dans l'atmosphère simulée atteint 1 200 parties par million - un niveau que la combustion de combustibles fossiles pourrait nous faire passer d'ici environ un siècle, dans des scénarios d'émissions «normaux». Dans la simulation, lorsque le point de basculement est dépassé, la température de la Terre monte de 8 degrés Celsius, en plus du réchauffement de 4 degrés ou plus provoqué directement par le CO2.

Une fois les nuages partis, le climat simulé «bascule complètement», a déclaré Kerry Emanuel, climatologue au Massachusetts Institute of Technology. Emanuel, une autorité en matière de physique de l'atmosphère, a qualifié les nouvelles découvertes de «très plausibles», bien que, comme il l'a noté, les scientifiques doivent maintenant s'efforcer de reproduire le travail de manière indépendante.

Pour imaginer un réchauffement de 12 degrés, pensez aux crocodiles nageant dans l'Arctique et aux régions équatoriales brûlées et presque sans vie pendant le PETM. Si les émissions de carbone ne sont pas suffisamment réduites et que le point de basculement est dépassé, "cela entraînerait un changement climatique vraiment dévastateur", a déclaré Tapio Schneider de Caltech, qui a réalisé la nouvelle simulation avec Colleen Kaul et Kyle Pressel.

Huber a déclaré que le point de basculement du stratocumulus aide à expliquer la volatilité évidente du paléoclimat. Il pense que cela pourrait être l’une des nombreuses instabilités inconnues du climat de la Terre. «Schneider et ses co-auteurs ont dévoilé toute la panoplie de surprises climatiques possibles pour Pandora», a-t-il déclaré, ajoutant que, alors que les mécanismes derrière les nuages disparaissent, «tout d'un coup, cette énorme sensibilité qui ressort des climats du passé c'est juste dans le passé. Cela devient une vision du futur. "

[...]

Les modèles climatiques les moins sensibles, qui prédisent la réaction la plus modérée à l’augmentation des émissions de CO2, montrent que la Terre se réchauffera de 2 degrés Celsius si la concentration de CO2 dans l’atmosphère double par rapport à la période préindustrielle, qui devrait se dérouler d’ici à 2050 environ. 280 parties par million avant le début de la combustion de combustibles fossiles, elle dépasse maintenant les 410 ppm. Jusqu'à présent, la température moyenne mondiale a augmenté de 1 degré Celsius.) Mais la prévision à 2 degrés est le meilleur des scénarios. «Ce qui effraie vraiment les gens, c’est cette limite supérieure ici», a déclaré Marvel, indiquant des prévisions de réchauffement de 4 ou 5 degrés en réponse au doublement du CO2. "Pour mettre cela dans son contexte, la différence entre aujourd'hui et la dernière période glaciaire était de 4,5 degrés."

[...]

Le problème est que, dans les simulations informatiques du climat mondial, les superordinateurs d’aujourd’hui ne peuvent pas résoudre les cellules de grille dont la superficie est inférieure à environ 100 km sur 100 km. Mais les nuages ne dépassent souvent que quelques kilomètres. Les physiciens doivent donc simplifier ou «paramétrer» les nuages dans leurs modèles globaux, en attribuant un niveau global de nébulosité à chaque cellule de la grille en fonction d'autres propriétés, telles que la température et l'humidité.

[...]

À la limite des 4 degrés, nous verrions non seulement «la destruction des récifs coralliens du monde, la perte massive d'espèces animales et des événements météorologiques extrêmes catastrophiques», a déclaré Mann, mais également «des mètres d'élévation du niveau de la mer qui mettrait au défi notre capacité d'adaptation. Cela signifierait la fin de la civilisation humaine dans sa forme actuelle. "

Il est difficile d’imaginer ce qui pourrait se passer si, dans un siècle ou plus, les stratocumulus disparaissaient soudainement, provoquant un saut de 8 degrés au-dessus du réchauffement qui s’est déjà produit. "J'espère que nous n'y arriverons jamais", a déclaré Tapio Schneider dans son bureau de Pasadena l'année dernière.

[...]

La nouvelle simulation de Schneider avec Kaul et Pressel a amélioré les travaux antérieurs de Bretherton principalement en reliant ce qui se passe dans un petit nuage de stratocumulus à un modèle simple du reste du climat de la Terre. Cela leur a permis d’étudier pour la première fois comment ces nuages réagissent non seulement à la température globale, mais l’affectent également, dans une boucle de rétroaction potentielle.

[...]

Leur simulation, qui a duré deux millions d'heures sur des supercalculateurs en Suisse et en Californie, a modélisé une portion de nuages stratocumulus d'environ 5 km sur 5 km, à l'instar des nuages au large de la côte californienne. À mesure que le niveau de CO2 augmente dans le ciel simulé et que la surface de la mer se réchauffe, la dynamique du nuage évolue. Les chercheurs ont découvert que le point de basculement se produit et que les stratocumulus disparaissent soudainement à cause de deux facteurs dominants qui vont à l’encontre de leur formation. Premièrement, lorsque des niveaux de CO2 plus élevés chauffent la surface de la Terre et le ciel, la chaleur supplémentaire génère une turbulence plus intense dans les nuages. La turbulence mélange l'air humide près du sommet du nuage, le poussant vers le haut et vers l'extérieur à travers une couche limite importante qui coiffe les nuages stratocumulus, tout en aspirant de l'air sec par le haut. L'entraînement, comme on l'appelle, fonctionne pour dissiper le nuage.

Deuxièmement, comme l'effet de serre rend la haute atmosphère plus chaude et donc plus humide, le refroidissement des sommets des stratocumulus par le haut devient moins efficace. Ce refroidissement est essentiel, car il provoque l’enfoncement de globes d’air froid et humide au sommet du nuage, laissant ainsi la place à un air chaud et humide situé près de la surface de la Terre et qui le devient. Lorsque le refroidissement devient moins efficace, les stratocumulus deviennent plus fins.

Les forces et les effets compensateurs finissent par être maîtrisés; Lorsque le niveau de CO2 atteint environ 1 200 parties par million dans la simulation - ce qui pourrait arriver dans 100 à 150 ans, si les émissions ne sont pas réduites - un entraînement plus intense et un refroidissement moindre conspirent pour dissiper complètement le nuage stratocumulus.

Pour comprendre l'impact de la perte de nuages sur la température globale, Schneider et ses collègues ont inversé l'approche des modèles climatiques globaux, simulant leur nuage de nuages à haute résolution et paramétrant le reste du monde en dehors de cette zone. Ils ont constaté que, lorsque les stratocumulus ont disparu de la simulation, l’énorme quantité de chaleur supplémentaire absorbée par l’océan a augmenté sa température et son taux d’évaporation. La vapeur d’eau a un effet de serre très semblable au CO2. Par conséquent, plus de vapeur d’eau dans le ciel signifie que plus de chaleur sera piégée à la surface de la planète. Extrapolée à l'ensemble du globe, la perte de nuages bas et l'élévation de la vapeur d'eau entraînent un réchauffement rapide - le saut redouté de 8 degrés. Une fois que le climat aura fait cette transition et que la vapeur d’eau saturera l’air, réduire le CO2 ne ramènera pas les nuages. «Il y a une hystérésis», a déclaré Schneider, où l’état du système dépend de son histoire. "Vous devez réduire le CO2 à des concentrations voisines de nos jours, même légèrement en dessous, avant de former à nouveau des stratocumulus."

Les paléoclimatologues ont déclaré que cette hystérésis pourrait expliquer d’autres énigmes à propos du record de paléoclimat. Pendant le Pliocène, il y a 3 millions d'années, le niveau de CO2 atmosphérique était de 400 ppm, similaire à celui d'aujourd'hui, mais la Terre était de 4 degrés plus chaude. C'est peut-être parce que nous étions en train de nous calmer après une période beaucoup plus chaude, peut-être en grande partie sans nuages, et que les stratocumulus n'étaient pas encore revenus.

[...]

Mais d'autres changements imprévus et des points de basculement climatiques pourraient nous accélérer vers la falaise. «Je suis inquiet», a déclaré Kennett, le paleocéanographe pionnier qui a découvert le PETM et a mis au jour des preuves de nombreuses autres périodes tumultueuses de l’histoire de la Terre. "Est-ce que vous plaisantez? Pour moi, le réchauffement climatique est le problème majeur de notre époque. "

2019-02-27 10_06_20-Cloud Loss Could Add 8 Degrees to Global Warming _ Quanta Magazine.png

Modifié par Agfa
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Occupés que nous sommes à lustrer nos TM3, nous n'avons pas vu la météo changer, les animaux disparaître, les hommes s'entretuer...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand j'étais petit je me rappelle avoir fait des bonhommes de neige qui duraient plusieurs semaines. Aujourd'hui, s'il y a de la neige pendant 24h c'est beau. J'ai aussi vu quasi disparaître les moineaux, il en reste un peu mais est-ce suffisant pour perpétuer l'espèce ? Idem pour les hirondelles. Les humains qui s'entretuent, ça a toujours existé et ce n'est pas près de s'arrêter, c'est même plutôt le contraire. RDV dans 30 ans quand tout se sera cassé la gueule.

 

Futurism-Got-Corn-graph-631.jpg

 

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, ce ne sont pas les pays industrialisés qui s'en sortiront le mieux.

Modifié par Esunisen

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, MB66 a dit :

Mais qui pense ça???

Demande à un économiste ou un politicard, tu verras 😛

 

Ca vaut pour tous ceux qui croient en la croissance perpétuelle.

Modifié par Esunisen

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites




Ca vaut pour tous ceux qui croient en la croissance perpétuelle.

Il n'y a pas de croissance infinie dans un monde fini.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On devrait faire un vote à l'assemblée pour voir l'étendue des dégâts.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cet été, tout proche de chez moi, dans la verdure, pendant la canicule, en voiture, j'ai vu un pigeon tomber du ciel d'épuisement sur la route juste devant moi.. 

Cela m'a profondément choqué !! 

 

L'air de rien, le scénario de film catastrophe se produit, l'air de rien.... 

  • Confus 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 27/02/2019 à 15:58, Esunisen a dit :

Quand j'étais petit je me rappelle avoir fait des bonhommes de neige qui duraient plusieurs semaines. Aujourd'hui, s'il y a de la neige pendant 24h c'est beau. J'ai aussi vu quasi disparaître les moineaux, il en reste un peu mais est-ce suffisant pour perpétuer l'espèce ? Idem pour les hirondelles.

Si j'ai bien compris ce qu'on lit dans les journaux, pour les moineaux et les hirondelles c'est à cause de l'effondrement des populations d'insectes, dont ils se nourrissent. Absolument rien à voir avec le réchauffement climatique (1.5°C en plus devrait même plutôt être favorable aux insectes dans notre pays), mais plutôt avec les pratiques agricoles et en particulier les insecticides.

Modifié par Wachouff

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 9 heures, Wachouff a dit :

Si j'ai bien compris ce qu'on lit dans les journaux, pour les moineaux et les hirondelles c'est à cause de l'effondrement des populations d'insectes, dont ils se nourrissent. Absolument rien à voir avec le réchauffement climatique, mais plutôt avec les pratiques agricoles et en particulier les insecticides.

Le jour où vous arriverez à convaincre les agriculteurs qu'ils doivent revoir totalement leurs façons de "cultiver", si l'on peut appeler cela de la culture, les poules auront toutes des dents. Pour l'instant ils sont pour la plupart indécrottables, et nos politiques sont absents.

  • J'aime 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 14 minutes, Christian B a dit :

Bonjour,

C'est beaucoup plus compliqué que cela. Les agriculteurs qui nuisent le plus à l'équilibre naturel sont les "gros", qui dictent leurs 4 volontés aux politiques: ceux ci le font volontairement, dans un souci exclusivement productiviste (il suffit de les voir se déplacer dans leurs immenses cultures au volant de gros 4x4 Mercedes). Ils sont également aux manettes du crédit agricole, lequel a poussé les "petits" à ce type de culture depuis des dizaines d'années, de surcroît s'endettant toujours plus pour financer du matériel. Aujourd'hui il faut tenir 3 ans sans pesticides sur les récoltes pour pourvoir changer de type de production, avec les pertes temporaires inévitables: très peu ont la possibilité financière de "sauter le pas". Seule une action volontariste de l' état pourrait changer réellement les choses: mais de ce coté là ce ne sont que paroles en l'air...😡

Vous avez tout à fait raison, et votre explication est beaucoup plus claire et correcte que mon coup de colère!

Je vis à la campagne, et chaque jour je suis horrifié de voir ces façons de traiter la terre, et bien entendu les animaux. Il y a un acharnement il est vrai très appuyé par certaines banques, mais aussi par leur syndicat de riches. Hélas nos politiques, très "amis" avec beaucoup de lobbys, ne bougent pas le petit doigt. Les agriculteurs qui avec courage se sont lancés dans le bio, disons la culture raisonnée, sont toujours en attente d'une aide qu'ils auraient du avoir depuis longtemps, alors........

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 40 minutes, Christian B a dit :

Seule une action volontariste de l' état pourrait changer réellement les choses: mais de ce coté là ce ne sont que paroles en l'air...😡

Malheureusement cela a déjà été tenté : au cours des années 2000, il y a eu une période où l'état subventionnait le passage au bio. Le résultat : plein de passage au bio, puis marche arrière dès que la subvention cessait. Une meilleure façon pour l'état de s'impliquer serait de généraliser le bio (et le local, tant qu'à faire) dans toute la restauration scolaire publique, par exemple : assurer un débouché perenne aux producteurs est bien plus efficace et utile que d'ajouter une couche au mille-feuille d'aides financières.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, Christian B a dit :

Bien d'accord: obliger (plus qu'inciter...) les collectivités à privilégier leurs achats auprès de fournisseurs locaux est une autre piste, encore plus efficace!

Personnellement, si c'est seulement local, mais toujours chimique, ça ne m'intéresse pas des masses... ça veut dire que je privilégie le mec qui pollue la nappe phréatique d'où vient l'eau que boivent mes enfants, alors qu'il y en a d'autres tout aussi locaux qui font l'effort de ne pas ou de moins polluer.

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

oui mais ça n’empêchera pas les agriculteurs locaux d'utiliser plein de produits chimiques...

chez moi, on trouve des petits maraichers qui essayent de cultiver nature sans rien, ça fonctionne, mais demander a ceux qui ont de plus  gros champs de changer leur méthodes, c'est impossible pour la plupart.ils ont des habitudes et "on a toujours fait comme ça"  ou "tout le monde fait comme ça"

et c'est encore pire si c'est un "non-agriculteur" qui leur en parle ;)

Modifié par Langevint

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 38 minutes, Christian B a dit :

Bien d'accord: obliger (plus qu'inciter...) les collectivités à privilégier leurs achats auprès de fournisseurs locaux est une autre piste, encore plus efficace!

Les organises publics, ça ne fonctionne pas comme ça. Il y a un appel d'offres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a quelqu'un de très puissant pour faire changer les choses, mais dont on ne parle jamais : c'est nous, le consommateur. Seulement le consommateur, il est comme l'agriculteur, comme les pouvoirs publics, comme tout le monde... il n'aime pas changer ses habitudes, il n'aime pas faire des "sacrifices" et il se trouve toujours plein d'excuses pour faire ce qu'il a envie de faire. Donc il reporte la faute sur les autres et il demande aux autres d'être à l'initiative et de l'aider ou mieux de le contraindre au changement qu'il souhaite au fond de lui mais qu'il n'a pas le courage de provoquer ou d'imposer par son comportement.

Tel produit lointain a une empreinte carbone importante (ananas, banane etc... qu'est-ce qui oblige à en acheter ?

Tel légume bio est plus cher... on prend et on compense en n'achetant pas le paquet de chips ou de bonbons ou de clopes.

Telle exploitation cultive en raisonné... on fait l'effort d'y aller spécialement plutôt que de prendre la cagette espagnole du supermarché.

 

Je ne suis pas mieux que les autres, j'ai aussi mes contradictions, mais j'essaie de me forcer (le plus souvent possible) a de petits efforts concrets.

 

Par exemple, si on voulait améliorer la situation au niveau de la vigne et du vin...

On attend que tous les viticulteurs changent leur façon de cultiver... il faudrait quelques siècles.

On attend que les pouvoirs publics les obligent à changer... lobbying, manifestations, blocages, il faudrait avancer pas à pas, pendant des décennies.

On n'achète plus que du vin bio, on se prive de vin car bien sûr il n'y en a pas assez... dès l'année suivante, qui voudrait produire quelque chose que personne n'achète ? La conversion irait vite, non ?

 

Bon, ok, cette histoire de vin c'est un raccourci un peu stupide, mais tout ça pour dire que le seul vrai pouvoir est dans les mains du consommateur et que ce pouvoir est très rarement massivement utilisé.

  • J'aime 5
  • Merci 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
Il y a 22 heures, Esunisen a dit :

Les organises publics, ça ne fonctionne pas comme ça. Il y a un appel d'offres.

Justement, la puissance publique peut mettre le cahier des charges qu'elle désire dans l'appel d'offre. Y compris des contraintes écologiques assez sévères.

 

Il est par exemple tout à fait possible, pour une cantine scolaire, de n'acheter que des produits locaux, en définissant un critère de distance. C'est parfaitement légal, y compris au niveau de la réglementation européenne. Un organisme public est autorisé à discriminer les fournisseurs sur des critères techniques et écologiques.

 

Ce qui serait illégal, ce serait par exemple dans la cadre d'une cantine strasbourgeoise de privilégier un fournisseur français alors qu'un concurrent allemand respecterait aussi le critère de distance.

Modifié par Wachouff

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
Le 01/03/2019 à 09:19, lolo44 a dit :

Une meilleure façon pour l'état de s'impliquer serait de généraliser le bio (et le local, tant qu'à faire) dans toute la restauration scolaire publique, par exemple : assurer un débouché perenne aux producteurs est bien plus efficace et utile que d'ajouter une couche au mille-feuille d'aides financières.

Connaissant le sujet, je me permets de signaler que le bio en cantine scolaire est souvent très mal fait. Comme la démarche n'est pas, ou pas assez, accompagnée d'un budget supplémentaire, les produits bio sont souvent affreux, puisque le différentiel de prix est compensé par une qualité inférieure. On voit souvent des bouillies inmangeables avec une splendide étiquette "bio" dans les cantines scolaires.

Le plus idiot dans ce cas est que la qualité nutritionnelle du plats bio est alors souvent inférieure, voire même très mauvaise. Et oui, on peut tout à fait faire une bouillie trop grasse, trop sâlée, trop sucrée, composée principalement de matière grasse d'origine indéterminée et suspecte, mais couronnée d'un joli label bio !

 

J'ai bien entendu aussi rencontré ded exemples de démarches bio réussies dans les cantines scolaires. Il me semble que dans ces cas là, il s'agissait souvent d'une cantine gérée par l'établissement scolaire (cas malheureusement minoritaire aujourd'hui), et non d'une cuisine centrale. Lorsque c'était réussi, il m'a aussi  semblé que le bio était fait dans de petites quantités, et se focalisait sur les fruits et les laitages.

 

Pour information dans la majorité des cas un menu scolaire est préparé avec un prix des aliments légèrement inférieur à 2€. C'est bien sûr variable selon l'âge, c'est très inférieur à 2€ en cantine primaire, et parfois supérieur au lycée. Si on ajoute le coût de la main d'œuvre, du gaz et l'amortissement du matériel, on grimpe vers 5 ou 6 €.

Modifié par Wachouff

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 01/03/2019 à 18:01, Casta a dit :

Il y a quelqu'un de très puissant pour faire changer les choses, mais dont on ne parle jamais : c'est nous, le consommateur. Seulement le consommateur, il est comme l'agriculteur, comme les pouvoirs publics, comme tout le monde... il n'aime pas changer ses habitudes, il n'aime pas faire des "sacrifices" et il se trouve toujours plein d'excuses pour faire ce qu'il a envie de faire. Donc il reporte la faute sur les autres et il demande aux autres d'être à l'initiative et de l'aider ou mieux de le contraindre au changement qu'il souhaite au fond de lui mais qu'il n'a pas le courage de provoquer ou d'imposer par son comportement.

Tel produit lointain a une empreinte carbone importante (ananas, banane etc... qu'est-ce qui oblige à en acheter ?

Tel légume bio est plus cher... on prend et on compense en n'achetant pas le paquet de chips ou de bonbons ou de clopes.

Telle exploitation cultive en raisonné... on fait l'effort d'y aller spécialement plutôt que de prendre la cagette espagnole du supermarché.

 

Je ne suis pas mieux que les autres, j'ai aussi mes contradictions, mais j'essaie de me forcer (le plus souvent possible) a de petits efforts concrets.

 

Par exemple, si on voulait améliorer la situation au niveau de la vigne et du vin...

On attend que tous les viticulteurs changent leur façon de cultiver... il faudrait quelques siècles.

On attend que les pouvoirs publics les obligent à changer... lobbying, manifestations, blocages, il faudrait avancer pas à pas, pendant des décennies.

On n'achète plus que du vin bio, on se prive de vin car bien sûr il n'y en a pas assez... dès l'année suivante, qui voudrait produire quelque chose que personne n'achète ? La conversion irait vite, non ?

 

Bon, ok, cette histoire de vin c'est un raccourci un peu stupide, mais tout ça pour dire que le seul vrai pouvoir est dans les mains du consommateur et que ce pouvoir est très rarement massivement utilisé.

Je viens de tomber sur ce vieux passage et c'est tellement vrai !

Je me bat régulièrement dans mon entourage contre ceux qui ressassent toujours que le changement est uniquement entre les mains de nos méchants politiques (le tout puissant, le mal aimé, la cause de tous nos malheur l'Etat), voire des méchantes entreprises qui ne font rien pour nous obliger à changer !

Mais si la population dans son ensemble ne veux pas changer sa manière de consommer (et à tout petit prix bien sûr), je ne vois pas pourquoi nos dirigeants et encore plus les entreprises devraient aller à contre courant !!! ce serait suicidaire...

Certains politiques et certaines entreprises impliqués dans l'écologie essayent malgré tout d'influencer nos comportements dans la bonne direction, ce qui est très bien et je les remercies de leurs courage, mais ce sera toujours insuffisant, ou alors très très long...

 

Bref je rejoins complètement « Casta », et je vais plus loin : pour que notre manière de consommer change, il faudra automatiquement que cela vienne du consommateur. Ce qui n’est pas gagné ! C’est d’ailleurs pour cela que je suis assez pessimiste quant à notre avenir et surtout celle de mes enfants à moyen terme…

  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



Automobile Propre

Automobile Propre est un site d'information communautaire qui est dédié à tout ce qui concerne l'automobile et l'environnement. Les thématiques les plus populaires de notre blog auto sont la voiture électrique et les hybrides, mais nous abordons également la voiture GNV / GPL, les auto à l'hydrogène, les apects politiques et environnementaux liés à l'automobile. Les internautes sont invités à réagir aux articles du blog dans les commentaires, mais également dans les différents forums qui sont mis à leur dispositon. Le plus populaire d'entre eux est certainement le forum voiture électrique qui centralise les discussions relatives à l'arrivée de ces nouveaux véhicules. Un lexique centralise les définitions des principaux mots techniques utilisés sur le blog, tandis qu'une base de données des voitures (commercialisées ou non) recense les voitures électriques et hybrides.

×