Aller au contenu

Agfa

Membres
  • Compteur de contenus

    4 855
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    8

Agfa a gagné pour la dernière fois le 3 avril

Agfa a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

2 263 Excellent

2 abonnés

Visiteurs récents du profil

2 623 visualisations du profil
  1. N'oubliez pas, pour s'en sortir, il faut: - port du masque universel obligatoire - test de toute personne symptomatique - traçage de toutes les personnes rencontrées sur les 15 derniers jours - confinement uniquement des personnes positives - Hydroxychloroquine + azithromycine en prescription médecine de ville C'est ça, ou 15 000 morts supplémentaires. C'est vous qui voyez. Y en a qui ont essayé (sans), ils ont maintenant des problèmes...
  2. 142 000 signatures. Olivier Veran n'en a rien à fiche. J'aurais voulu utiliser un autre mot plus grossier, mais je me suis abstenu. Il défend bec et ongles les antiviraux brevetés de ses amis les laboratoires pharmaceutiques. Et il n'autorisera l'hydroxychloroquine que quand il sera acculé, face aux preuves flagrantes des autres pays qui n'auront pas sacrifié leurs malades comme des porcs égorgés à l'abattoir. Le nombre de malades du Covid-19 en réanimation dans les hôpitaux italiens aujourd'hui , est repassé sous la barre des 4 000 (3 994 contre 4 068 la veille). https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-en-italie-premiere-baisse-des-hospitalisations-en-soins-intensifs-depuis-le-debut-de-la-pandemie_3899987.html En France aujourd'hui, il est de 6 838. https://www.linternaute.com/actualite/guide-vie-quotidienne/2489651-covid-19-en-france-le-bilan-du-samedi-4-avril-2020-un-nombre-de-morts-en-hausse/ Pas un hasard. Les italiens utilisent l'hydroxychloroquine à grande échelle en médecine de ville. Fier d'être français [emoji1073][emoji3577][emoji1360]
  3. On passe les 100 000 signatures. Rappel : c'est la pétition de Philippe Douste Blazy pour autoriser l'hydroxychloroquine en médecine de ville, lancée hier. http://chng.it/YpzrqBNr74
  4. J'ai signé. Une signature toutes les 3 à 5 secondes. Déjà 31 500 signatures. Soit 1500 de plus en 30 minutes.
  5. Agfa

    Premier avril

    [email protected], suis je celui qui crie "votre paresse me saoule ?" [emoji4] Sinon c'est très sympa d'avoir écrit ce texte et croqué quelques personnages hauts en couleurs du forum
  6. En suivant les standards de sa profession, il y aurait eu un million de morts supplémentaires. Moi, c'est ça que je trouve dingue.
  7. Tout à fait d'accord. C'est plutôt les innombrables prix scientifiques qu'il a reçu. Je serais surpris qu'il ne soit pas Nobel de médecine 2020. Pour rappel, c'est l'un des meilleurs virologistes de toute la planète. Spéciale dédicace à Yves Lévy et Agnès Buzyn, les deux criminels contre l'humanité. Interdire la prescription du seul traitement efficace en pleine pandémie mondiale... Un génocide.
  8. Au final, c'est le résultat qui compte. Ou plutôt, le nombre de morts. Ah oui, j'oubliais : nous sommes en guerre.
  9. Tu t'es senti visé ? Fais tu partie de la fonction publique ?
  10. Hallucinant. Incroyable. La force faramineuse de la fonction publique. J'ai l'impression de vivre un cauchemar éveillé. Je ne peux pas croire que c'est réel. EXCLUSIF. Comment la France se prive de 150 000 à 300 000 tests par semaine https://www.lepoint.fr/sante/exclusif-comment-la-france-se-prive-de-150-000-a-300-000-tests-par-semaine-03-04-2020-2369955_40.php Depuis le 13 mars, le gouvernement dispose d'une solution pour augmenter considérablement les capacités de tests de la France. Mais rien n'a bougé. Les biologistes médicaux sont des gens polis. Lorsque Le Point les a contactés il y a 10 jours, ils ont hésité à parler. « Nous sommes en contact avec le gouvernement, la situation va forcément se débloquer… » Et puis ? Et puis rien. Silence radio. Un silence « incompréhensible », pour plusieurs des directeurs de laboratoires départementaux que Le Point a entendus. Les Français les connaissent mal, mais ils sont un rouage essentiel de notre système de santé. Implantés sur tout le territoire, 75 laboratoires publics (et leurs 4 500 employés) dépendent des départements, et assument la lourde tâche d'effectuer les analyses de contrôle des eaux, d'hygiène alimentaire ou de santé animale. Contrairement aux laboratoires de santé humaine, qui ne traitent ordinairement qu'un faible nombre d'analyses, ils sont dimensionnés pour travailler « par troupeaux », à la chaîne : pendant les crises de la vache folle ou de la peste aviaire, ils ont réalisé des dizaines de milliers de tests… par jour ! [...] Lorsqu'ils entendent, le 12 mars, Emmanuel Macron appeler à la mobilisation générale, les acteurs de l'analyse vétérinaire se lancent dans un recensement de leurs « troupes ». Soixante-quinze laboratoires d'analyses départementaux maillent le territoire. Du personnel de pointe, formé et compétent, est disponible pour réaliser les tests. Des chaînes capables de travailler à grande échelle sont opérationnelles. Et des fournisseurs, capables de pallier, en partie, la pénurie de réactifs qui fait les unes de la presse se manifestent aussitôt : les fabricants (tous basés en France) IDVET, IDEXX, BIOSELLAL confirment qu'ils disposent de la matière première pour fournir des kits en grande quantité. Une proposition est adressée par mail dès le 15 mars au directeur général de la santé Jérôme Salomon. Quelques jours plus tard, les professionnels ont établi leur plan : les laboratoires départementaux pourraient réaliser, sous un délai de 15 jours, entre 150 000 et 300 000 tests PCR par semaine. Et ils sont outillés pour traiter en masse les tests sérologiques à venir, éléments clés de la sortie de confinement, qui permettront de déterminer quelle population est immunisée. La réponse ? Pas de réponse. « On nous répète, depuis, que le dossier est à l'étude », se lamentent différents acteurs, qui se battent localement pour accélérer la décision. Dans le département d'Indre-et-Loire, les élus s'en arrachent les cheveux. Le laboratoire du secteur couvre quatre départements. « Notre labo [Inovalys, NDLR] peut monter à 2 000 tests par jour, il a stocké des réactifs pour 30 000 tests, et acheté 30 000 écouvillons pour les prélèvements », détaille un proche du dossier, que la préfecture essaie vainement de pousser depuis deux semaines. « Nous avons établi un protocole de prélèvement avec le CHU de Tours, tout le monde travaille en intelligence, on est prêts… Mais l'ARS bloque. » L'ARS : l'Agence régionale de santé, instance administrative dépendant du ministère, qui refuse pour l'instant l'hypothèse, d'après des motifs flous. « On ne nous a pas vraiment dit ce qui bloquait », explique Jean-Gérard Paumier, président du conseil départemental d'Indre-et-Loire. « On me parle de blocages juridiques, qui seraient à l'étude… Un blocage administratif L'explication (parcellaire) fournie jusqu'à présent par les services d'Olivier Véran, qui refusent de répondre aux questions, tient en une formule sibylline, répétée hier encore par le Premier ministre : « C'est à l'étude. […] Nous avons des normes réglementaires à respecter. » Mais quelles normes ? Curieusement, elles n'embarrassent ni les Allemands, ni les Belges, ni les Espagnols qui mobilisent d'ores et déjà toutes les ressources disponibles, y compris leurs laboratoires vétérinaires.
  11. Suite de l'article, avec une mention spéciale pour @Elendir et @fanovan. Moi je ne suis pas médecin, je ne suis qu'un pauvre informaticien, mais quand le vice-président de la Fédération italienne des médecins généralistes dit quelque chose, je pense qu'il parle au nom des dizaines de milliers de médecins qu'il représente, et des informations qu'il reçoit de leur part. Avec le lien vers l'interview originale du Dr Pier Luigi Bartoletti: https://roma.corriere.it/notizie/cronaca/20_marzo_27/lazio-usa-clorochinaper-positivi-casatamponi-non-massa-130ffec0-7067-11ea-82c1-be2d421e9f6b.shtml
  12. Face au covid-19, les technocrates français pris au dépourvu https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/face-au-covid-19-les-technocrates-francais-pris-au-depourvu-844119.html CHRONIQUE. La manière dont les autorités sanitaires françaises ont géré la crise du Covid-19 a fait apparaître de graves dysfonctionnements de l'administration et des choix stratégiques discutables. Certaines interviews sont parfois très cruelles, après coup. C'est le cas de celle qu'Agnès Buzyn, alors candidate à la mairie de Paris, a donné le 3 mars aux « 4 Vérités » de France 2. Car ce matin-là, l'ancienne ministre de la santé explique : « J'ai préparé évidemment en tant que ministre l'arrivée de ce virus bien avant qu'il n'arrive en France en réalité, puisque nous avons, dès que l'épidémie a augmenté en Chine, travaillé à avoir des stocks de masques, faire des commandes, vérifier que les services de réanimation avaient le nombre de machines suffisantes. Tout cela a été préparé en amont. Le stade 3 est prêt ». Malheureusement, rien n'était prêt. Incapable de faire face La France, sixième puissance économique mondiale, a été incapable de faire face d'une manière raisonnable à cette pandémie mondiale. Faute de moyens, le confinement national a été décidé dans la précipitation quand le pouvoir s'est aperçu (un peu tard) que nos services de santé n'allaient pas pouvoir faire face à l'afflux de malades graves. C'est en réalité une solution prise par défaut, dans la plus totale impréparation et urgence. Eberlués, les Français n'ont pu que constater l'indigence de l'hôpital public, et l'incurie de l'Etat, à travers le manque cruel de masques, de tests, et de respirateurs. Il faut se rendre à l'évidence, depuis trente ans, la France est devenu à bas bruit « un pays sous-développé en matière de santé », comme l'a dénoncé le professeur Juvin, chef des urgences de l'hôpital Pompidou à Paris. Depuis le début du confinement, la colère gronde dans les hôpitaux, mais également dans chaque famille française. Face aux plaintes déposées pour mise en danger de la vie d'autrui, les ministres du gouvernement, comme les hauts fonctionnaires, sont tétanisés, multipliant les signaux contradictoires. Car bloquer et confiner l'ensemble d'un pays, et notamment sa capitale politique et économique (Paris représente 30 % de la croissance française chaque année et centralise la plupart des réseaux de communication), n'est pas du même ordre que de mettre sous quarantaine une partie de la Chine. Certes, face à l'ampleur d'une telle crise, les tâtonnements sont compréhensibles, mais les mensonges sont inexcusables. Comme prétendre que le port d'un masque ne sert à rien, alors que George Gao, le directeur général du Centre chinois de contrôle et de préventions des maladies, a expliqué à Science que ne pas en porter était une « grave erreur ». La santé vue dans une optique seulement comptable Durant dix ans, la santé des Français n'a été considérée que sous l'optique comptable, comme si le risque avait disparu ! Ainsi, en plus de la liquidation des stocks de masques, l'Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS), créé à l'origine par loi de 2007 sur la lutte contre les épidémies, portée alors par le ministre de la santé Xavier Bertrand, a vu ses crédits être rabotés avant d'être fondu dans « Santé publique France » bien impuissant face au Covid-19, faute de moyens. Dans la plus totale urgence, Emmanuel Macron a annoncé une dotation exceptionnelle de 4 millards d'euros à cet organisme pour commander « médicaments, respirateurs et masques » destinés à lutter contre l'épidémie. Une décision bien tardive : à l'automne dernier, la ministre Buzyn perdait les arbitrages financiers pour l'hôpital public face à Bercy et Matignon. Début mars, le cabinet d'Olivier Véran, qui avait annoncé une commande de 200 millions de masques fin février, n'avait procédé en réalité qu'à une première prise de contact auprès d'éventuels fournisseurs. Avec un souci de taille : la France n'ayant plus les moyens de produire des masques en grand nombre, la Chine a dû être appelée à la rescousse... Mais si Didier Raoult gêne, c'est que la stratégie qu'il propose (tester au maximum, et soigner le plus tôt par de l'hydroxychloroquine, une molécule ancienne, et peu chère, avec un antibiotique) met en lumière les difficultés actuelles de l'Etat français. Des pays comme la Corée du Sud, Taïwan, le Japon, ou encore l'Allemagne n'ont pas eu à choisir le confinement car ils ont pu, très tôt, tester massivement leurs populations respectives. Dans l'entourage du chef de l'Etat, on fait savoir que le contact n'est pas rompu avec Didier Raoult. Et pour cause : dans la sphère économique, ils sont nombreux à soutenir en coulisses le professeur marseillais, notamment la plus grande fortune française, Bernard Arnault de LVMH ou Serge Weinberg de Sanofi.
  13. Ptain ça fait froid dans le dos. Digne des meilleurs films d'horreur. Je ne me rappelle pas d'avoir vu un film de science-fiction avec des personnages aussi débiles ou aussi criminels. Merci Lank
  14. Un Américain raconte son expérience avec le Coronavirus et la combinaison HCQ + Azithromycine https://www.fox17online.com/news/local-news/michigan/it-is-truly-a-miracle-38-year-old-mi-man-shares-story-of-surviving-covid-19 COMTÉ DE MACOMB, Michigan - Jim Santilli se rétablit à son domicile, une semaine après avoir appris qu'il était positif pour le coronavirus. Le PDG de la Transportation Improvement Association a déclaré qu'il avait commencé à se sentir malade le 18 mars, avec une soudaine apparition de graves problèmes respiratoires et cardiaques. "C'est arrivé vite, C'est arrivé fort, et comment dire, ça va vous aspirer la vie rapidement", a-t-il dit. Santilli a été admis à l'hôpital Henry Ford Macomb dans le canton de Clinton, où son état s'est aggravé. Bien qu'il n'ait pas eu de fièvre, l'homme de 38 ans a été testé pour COVID-19. "Mon rythme cardiaque était à 160, ma tension artérielle était très élevée, j'avais du mal à respirer, j'avais une respiration sifflante, j'avais une toux", a-t-il expliqué. "Le samedi 21 mars, c'était si mauvais ce matin-là, je me souviens juste de m'être allongé là-bas, et de penser que je n'allais pas survivre jusqu'à minuit, alors que je haletais pour avoir de l'air. Je me sentais littéralement comme si je me noyais lentement. " Santilli a déclaré qu'un médecin spécialiste des maladies infectieuses avait ensuite été amené pour évaluer son cas. "Il a dit qu'il voulait essayer, un traitement expérimental non approuvé, c'est l'hydroxychloroquine et l'azithromycine, c'est le même traitement que le président Trump avait récemment mentionné lors d'une conférence de presse ... à ce moment-là, ma réponse était qu'est-ce que j'ai à perdre?" " Le 22 mars, Santilli a appris qu'il était en fait positif pour le coronavirus. Mais, il a également commencé à se sentir mieux. "La respiration haletante s'est arrêtée, mes signes vitaux s'amélioraient, dans l'ensemble j'avais fait un virage à 180 degrés, c'était incroyable, en fait j'étais en larmes, juste parce que je ne pouvais pas croire l'énorme soulagement que je venais d'avoir. " Le 24 mars, Santilli a quitté l'hôpital. Il a dit qu'il était reconnaissant aux infirmières et aux médecins de risquer leur vie pour sauver la sienne. "C'est vraiment un miracle", at-il dit. "Cela a fonctionné, je suis la preuve que cela a fonctionné et je pense vraiment que le peuple américain peut avoir l'espoir que nous avons quelque chose qui peut aider les gens, qui peut sauver des vies." Santilli a déclaré qu'il se sentait mieux chaque jour et il reste isolé à la maison, en continuant à se remettre.


Automobile Propre

Automobile Propre est un site d'information communautaire qui est dédié à tout ce qui concerne l'automobile et l'environnement. Les thématiques les plus populaires de notre blog auto sont la voiture électrique et les hybrides, mais nous abordons également la voiture GNV / GPL, les auto à l'hydrogène, les apects politiques et environnementaux liés à l'automobile. Les internautes sont invités à réagir aux articles du blog dans les commentaires, mais également dans les différents forums qui sont mis à leur dispositon. Le plus populaire d'entre eux est certainement le forum voiture électrique qui centralise les discussions relatives à l'arrivée de ces nouveaux véhicules. Un lexique centralise les définitions des principaux mots techniques utilisés sur le blog, tandis qu'une base de données des voitures (commercialisées ou non) recense les voitures électriques et hybrides.

×
×
  • Créer...