Aller au contenu

coutal007

Membre
  • Compteur de contenus

    436
  • Inscription

  • Dernière visite

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

coutal007's Achievements

  1. Non. Vu les besoins, le parc actuel de batteries ne représente que quelques % de ce qui va devoir être construit. Donc le recyclage représentera un gisement plus que limité face à la demande... Surtout si on commence a construire des méga batteries Li-ion a grande echelle pour pallier l'intermittence des ENR. De plus, recycler le lithium des batteries est tres energivore, le meilleur recyclage possible est d'utiliser les batteries de voitures usagées pour faire du stockage résidentiel.
  2. Le lithium n'est pas rare, en revanche les gisements tres rentables actuels vont s'épuiser et donc le prix du lithium va augmenter inexorablement a cause de son coût d'extraction et de l'explosion de la demande a venir.
  3. Tous, non, dans mon exemple, je parle juste de 10 en même temps, ce qui n'a rien de fou sur une situation catastrophique dans une metropole de quelques millions d'habitants. Les vehicules qui restent au même endroit consomment beaucoup d'energie (pompage, déblaiement, excavation etc) et comme ils partent globalement tous en même temps, ils ont aussi besoin de se recharger en même temps. Il ne faut pas confondre le militantisme et lois de la physique. je peux comprendre qu'on ait envie de faire de l'idéologie avec les VE et de vouloir contrer des idéologies anti-VE, mais il ne faut pas non plus oublier les réalités. Un plein de 300litres de gasoil fait en 3 mn, c'est 3MWh d'energie primaire et 1MWh d'energie finale. Les VE sont incapables de se recharger aussi rapidement dans une situation normale alors dans une situation de chaos où le systeme electrique est à terre, c'est de la pure science fiction et c'est donc un problème grave!
  4. Recharger rapidement une flotte de VE necessite un énorme appel de puissance qui n'est pas compatible avec une situation de chaos. Je ne vois pas le problème de cet article, ça ne concerne pas la viabilité du VE au quotidien mais ça souligne un point faible qui n'est pas anectodique...
  5. Le souci, c'est que pour recharger rapidement 10 voitures electriques, il faut 1MW de puissance soit un générateur de 8 tonnes a plusieurs centaines de milliers d'euros que quasiment personne n'a... 10kw suffisent largement à faire tourner une station service qui pourra ravitailler des dizaines de vehicules. A moins qu'on immobilise les véhicules de secours 8h en charge lente, là ça marche!
  6. Aucune centrale francaise n'est dangereuse ni obsolète, nous avons une autorité de sureté nucléaire tres tatillonne (et c'est tant mieux). Le cout n'a rien d'exorbitant, l'EPR chinois sort un MWh a 55€, l'eolien offshore français est arrosé par le contribuable à 130€ du MWh, l'éolien terreste reste subventionné à 85€ du MWh même l'EPR Français mal industrialisé et réalisé en dépit du bon sens reste compétitif face aux ENR intermittentes(si tant est qu'il démarre en 2022, ce qui est loin d'être garanti) ne parlons pas du cout necessaire pour rendre l'éolien et le solaire pilotable. L'Allemagne a dépensé 2 fois le cout du parc historique nucléaire francais, dans les ENR intermittentes moralité: ils ont une electricité la plus chère du monde, 9 fois plus carbonnée que celle de la France et projettent la construction d'un nouveau gazoduc et 100GW de nouvelles centrales au gaz, comme quoi, claquer bêtement du pognon dans une mauvaise technologie ne fait pas de miracles... Là dessus 100% d'accord, sauf qu'au lieu de faire de la sobriété pour supprimer le nuke, ces économies vont devoir servir d'autres secteurs économiques en remplacement des energies fossiles. (cimenteries, acieries, fabrication des panneaux solaires etc) On n'aura pas le luxe de consommer moins d'electricité en plus de consommer moins de fossile, à moins de vouloir une recession à 2 chiffres chaque année...
  7. Je n'ai pas dit explosion du chomage, j'ai dit chômage, c'est pas pareil. Donc, tu fais passer tes opinions perso, ou tes valeurs avant la réalité de la situation... Ca c'est une opinion, c'est bien mignon les opinions, mais malheureusement ça ne viole pas la science. Quels sont donc ces "autres moyens"? Ca c'est interessant.
  8. Je ne parle pas de n'importe quel changement, mais de celui qui implique d'occuper et de nourrir 8 milliards d'individus (voire plus) avec 75% d'energie disponible en moins. Pour le bio, ca fait peut être plus d'emplois dans quelques elevages a forte valeur ajoutés, mais globalement, non, le développement du bio n'a pas entrainé une explosion des emplois agricoles, et certainement pas mieux payés. Pour la question des salaires, ta réaction montre bien que tu te concentre sur le confort des individus en oubliant complètement l'aspect économique. Des salaires plus faibles ne nous tueront pas tant qu'on peut toujours manger, par contre cela réduira les rentrées d'argent pour l'état et la consommation donc les emplois disponibles... Désolé d'être aussi horriblement pragmatique que de me poser la question de la viabilité d'une société avec moins d'empois disponibles et moins de ressources pour l'état afin de prendre en charge les chomeurs ou de les former. Apres on peut toujours croire qu'on va vire dans un monde merveilleux d'agriculteurs bio, et de réparateurs d'electroménager. Certains essayent même de nous vendre ce modèle en vue de la présidentielle...Avouons qu'il est plus confortable!
  9. Je ne crois pas que, dans le monde, les paysans qui font de l'extensif faut d'intrants et d'outils mécaniques dans les pays pauvres soient mieux rémunérés que les agriculteurs des pays riches. En revanche, ça fait de l'emploi, oui... PS: tu confonds la permaculture qui est un truc marginal avec l'agriculture intensive bio qui est mécanisée et dont les intrants chimiques sont plus vertueux écologiquement que ceux de l'agriculture conventionelle mais dont le modèle n'est guere différent. Pour ce qui est de la production de viande, je connais bien vu qu'il y a pas mal de producteurs vraiment bio chez moi, d'une, ils ne roulent pas sur l'or, de deux, ils vendent toute leur production dans un rayon de 20 bornes autour de chez eux en allant se faire chier sur les marchés 4 jours par semaine en plus du travail dans l'exploitation. En France, plus de 75% de la population est urbaine donc il faut acheminer la nourriture vers les lieux de consommation, donc il faut des intermédiaires CQFD. Tu as tout a fait raison mais ce que tu oublies, c'est que le fait de mettre de mettre tous les emplois confortables et bien payés au chomage partiel nous a couté 11 points de recession...
  10. Tu résume a merveille la problématique de la transition ecologique en termes économique: tu es dans le déni. Comprends, bien, je ne suis pas dans l'attaque perso ni dans la défense du système actuel mais physiquement, ce que tu avances, n'est pas possible. Non, on remplacera jamais l'agriculture intensive par du bio, on n'a pas assez d'espace pour nourrir toute la population. Donc on vendra moins de viande avec les destructions d'emplois qui vont avec... Le tourisme et l'aviation civile ne sont pas vertueux écologiquement, aucun souci la dessus, mais le tourisme c'est 1,3 millions d'emplois et des rentrées de devises, le transport aerien, c'est 320 000 emplois directs et le double en indirect...On en fait quoi de ces salariés? Ces réparateurs locaux n'arriveront jamais à remplacer tous les emplois de commerce, distribution et des services qui vont avec. Tu peux retourner le problème dans tous les sens, il n'y a pas de production économique viable sans consommer d'energie et de ressources naturelles. Il suffit de regarder en arrière, à l'époque pre-révolution industrielle: on utilisait pas de fossile, on était en 100% renouvelable, on faisait du durable, on faisait appel à des artisans locaux résultat: le PIB était 60 fois inférieur, l'espérance de vie était de moins de la moitié d'aujourd'hui et il y a avait des famines et des émeutes quasiment chaque année... Bref, on ne peut pas rester eternellement dans le déni, contrairement à ce que tous les politiques affirment, vivre dans un monde plus écologique, c'est vivre dans un monde beaucoup moins productif avec une destruction irreversible d'emplois confortables et bien payés pour un retour en arrière vers des métiers pénibles et mal payés avec un etat qui n'a plus de moyens et une grande instabilité politique et sociétale. Les politiques se disent "on verra plus tard"...en esperant que la merde arrivera quand ils ne seront plus en poste.
  11. Je ne sais pas ce que veut dire mieux consommer... Aujourd'hui, on est uniquement au stade des grandes déclarations d'intentions sans action réelle. On attend des miracles de la science mais on est aujourd'hui parfaitement incapables de deux choses: -Remplacer les energies fossiles par des energies décarbonnées -Garder la production économique constante en utilisant moins d'energie. Un modele AirBnB est plus vertueux que de construire des hotels mais ca met les hotelliers au chomage Vinted met les vendeurs de vêtements au chomage Reparer son electroménager met les vendeurs d'electroménager au chomage Manger moins de viande met les producteurs de viande, les détaillants et tous ceux qui fournissent la nourriture aux bêtes au chomage. Et tout ca met également au chomage les services bancaires, assuranciels, marketing etc. qui bossaient pour eux... C'est ça qu'il va falloir gérer, la sobriété, c'est quasiment une partie de plaisir a coté.
  12. La décroissance est un mot sympathique pour dire recession. Recession veut dire chômage, baisse des rentrées d'argent pour l'état et les tensions sociales qui vont avec. Certains veulent nous faire croire qu'on pourra avoir un mode de vie plus écologique tout en maintenant notre niveau de vie, c'est faux. Moins on consomme d'energie et moins on fait de production économique, c'est mathématique. Il va falloir trouver un sacré projet de société et avoir de sacrés leaders politiques pour réussir une telle transition sans effusion de sang. Et je parle d'un truc beaucoup plus contraignant que de mettre des panneaux solaire (on les fabrique comment?) sur les toits et de rouler dans une bagnole de presque 2t à 50K€, fusse t'elle electrique (mais fabriquée grace aux energies fossiles)...
  13. Je suis moins optimiste que toi sur la capacité à trouver des convertisseurs plus efficients pour tranformer le vent et le soleil en energie utilisable. L'humanité a cherché à le faire pendant 4000 ans sans grand succès... Pour les éoliennes en mer, le souci est qu'il est beaucoup plus facile et moins couteux d'installer une éolienne dans un champ de betteraves que dans un fonds marin. C'est rentable en mer du nord parcequ'il y a peu de fonds et que le sol est stable, c'est un enorme gaspillage d'argent public en France. Pour ce qui est du mode de vie, il faut bien comprendre que l'impact sur notre "confort" est anecdotique. Moins consommer veut dire contracter l'activité economique CAD recession, chômage, moins de moyens publics etc...
  14. Recyclable ne veut pas dire recyclé. Aujourd'hui, on ne recycle jamais le beton des socles des eoliennes pour une raison simple: il faut faire bosser un excavateur pendant 10 jours à 800l de fioul/jour pour désintegrer le socle. On arase simplement 1à 2m et on recouvre de terre, ce qui pose des soucis, à terme, d'imperméabilisation des sols... Pour le reste, effectivement, le nuke est loin d'être économique et necessite du temps et des investissements énormes comparé aux autres sources de production pilotables, mais si la France a reussi à construire 56 reacteurs en moins de 20 ans dans les années 70-80, elle peut le faire aujourd'hui. Il n'y a aucune alternative décarbonnée et pilotable aujourd'hui au nucléaire hormis l'hydroelectricité, donc pour moi, il n'y a pas débat, peu importe le cout! De toute facon même le nucléaire ne nous sauvera pas de la baisse des ressources en energies fossiles, tant en termes de quantité d'energie que de cout. Mais c'est toujours mieux que crépir le territoire d'eoliennes pour une production faible et non pilotable. Et pour l'extraction de l'uranium on est effectivement sur un rapport de 1à 400 jusque 1000, limite de rentabilité d'exploitation en exploitation a ciel ouvert.
  15. Ca change que le nuke est l'energie la plus concentrée existante. Une centrale à charbon de 4000MW consomme en un jour, le même tonnage que 6 ans de consommation d'uranium pour toute la France. Un reacteur nucléaire de 1300 MW produira sur toute sa durée de vie 500TWh. Pour arriver à la même production sur 60 ans,(sans parler de la gestion de l'intermittence) il faut construire 5500 eoliennes de 3MW. Soit 4 millions de tonnes de béton 1 million de tonnes de métal, 110 000 tonnes de pales en composite, 10 000 tonnes de cuivre, 1100 tonnes de terres rares... On est sur un ratio de 1 à 10 si on compare avec le nucleaire en termes de consommation de ressource pour la construction. Les 9000 tonnes d'uranium necessaires au fonctionnement d'un reacteur sur toute sa durée de vie pèsent finalement tres peu dans la balance... Pour le reste ton mode vie reste tres consommateur de ressources comparé à la moyenne mondiale par habitant. Il faut rajouter dans ton bilan, l'energie et les ressources necessaire à t'alimenter, te vétir, t'équiper en divers biens et également l'impact ecologique du métier qui te fait vivre et aussi celui de ta compagne...


×
×
  • Créer...