Aller au contenu
ChristophedeNiort

Forum • COP d'une PAC pour une température entre - 7° C et 7 °C

Messages recommandés

Quelqu'un a-t-il une courbe du COP d'une PAC air/air en fonction de la température extérieure ?

J'ai des courbes pour des PAC air/eau et on descend largement sous le coefficient de conversion énergie primaire / énergie finale.

Donc dans le cadre de logements BBC cette solution est plus consommatrice que des solutions à combustion tout en étant plus émettrice en CO2 qu'une solution poêle à pellets du fait de la méthodes des émissions marginales.

Modifié par ChristophedeNiort

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

À ma connaissance, chaque machine a sa propre courbe.

Il faut aussi prendre en compte la fréquence et la durée des cycles de dégivrage, informations très difficiles à trouver.

En général, ce type de machine est pourvue d'une résistance électrique qui passe automatiquement en chauffage par effet joule lorsque le COP s'effondre. On évite ainsi de passer en-dessous de 2,58 (dans le calcul, en tout cas).

La pertinence de ce choix dépendra du nombre de jours par an où les températures sont inférieures au seuil de bascule sur la résistance.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 19 minutes, Kratus a dit :

À ma connaissance, chaque machine a sa propre courbe.

Il faut aussi prendre en compte la fréquence et la durée des cycles de dégivrage, informations très difficiles à trouver.

En général, ce type de machine est pourvue d'une résistance électrique qui passe automatiquement en chauffage par effet joule lorsque le COP s'effondre. On évite ainsi de passer en-dessous de 2,58 (dans le calcul, en tout cas).

La pertinence de ce choix dépendra du nombre de jours par an où les températures sont inférieures au seuil de bascule sur la résistance.

Merci Kratus pour ta réponse.

Tu pointes du doigt la limite des PAC air/air dans le cas de logements BBC.

En effet pour ce type de logements on recourt au chauffage pour des températures extérieures faibles et quand il n'y a pas de soleil.

Mes logiciels de calculs m'amènent à des consommations énergétiques finales en primaire supérieures à celles dans le cas de l'utilisation de moyens à combustion. Et pour le cas des pellets à des émissions de CO2 inférieures (y compris en ACV d'ailleurs).

De ce fait pour afficher les meilleures étiquettes sur les DPE (énergie et climat), la meilleure solution est le poêle à pellets.

Pour l'instant je n'ai pas réussi à mettre la main sur une telle courbe pour pouvoir faire quelques vérif. et confirmer ou infirmer les résultats obtenus par les logiciels (dont le moteur a été validé par le CSTB donc on peut raisonnablement considérer que les données ont été prises en compte).

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si tu t'adresses aux fabricants de ces PACs, ils devraient pouvoir te communiquer cela.

L'inconvénient du poêle à pellets, c'est la difficulté de garantir la température minimale de confort dans chaque pièce exigée par le Code de la Construction et de l'Habitation. La fiche d'application pour le chauffage au bois semble s'asseoir allègrement dessus.

La réglementation thermique RT2012 n'est pas la seule à devoir être respectée.

Quant au calcul en énergie primaire, il faut se rappeler que les coefficients de conversion sont conventionnels et ne reflètent pas la réalité. Un kWh de gaz naturel ou de fuel n'arrive pas jusqu'au logement sans consommation d'énergie ni émission de gaz à effet de serre, qui sont pourtant ignorés par les moteurs de calcul validés par le CSTB.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 9 heures, ChristophedeNiort a dit :

la meilleure solution est le poêle à pellets

Disons que ça dépend sur quel point.

597375c8703cd.png

(source)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 9 heures, Kratus a dit :

Si tu t'adresses aux fabricants de ces PACs, ils devraient pouvoir te communiquer cela.

L'inconvénient du poêle à pellets, c'est la difficulté de garantir la température minimale de confort dans chaque pièce exigée par le Code de la Construction et de l'Habitation. La fiche d'application pour le chauffage au bois semble s'asseoir allègrement dessus.

La réglementation thermique RT2012 n'est pas la seule à devoir être respectée.

Quant au calcul en énergie primaire, il faut se rappeler que les coefficients de conversion sont conventionnels et ne reflètent pas la réalité. Un kWh de gaz naturel ou de fuel n'arrive pas jusqu'au logement sans consommation d'énergie ni émission de gaz à effet de serre, qui sont pourtant ignorés par les moteurs de calcul validés par le CSTB.

Aucun fabricant ne m'a répondu. Ils savent très bien pourquoi je pose la question. Les fabricants ont même fait du lobby pour que soit affichée une valeur moyenne annuelle pour un calcul RT2005 et pas un calcul RT2012. Et c'est bien le cas actuellement la valeur de SCOP correspond à un calcul RT2005 et ils freinent des 4 fers pour freiner l'affichage du SCOP pour un calcul RT2012.

 

Avec une VMC double flux tu arrives sans problème à maintenir la température de confort définie dans le CCH et avec les derniers poêles à ne pas avoir trop de delta entre l'allumage et l'extinction. Dans le cadre des règles RAGE, le CSTB a fait une analyse et les occupants ne se plaignaient aucunement de cela.

 

ATTENTION CELA OUVRE UN PDF : http://www.enertech.fr/pdf/39/energie primaire-energie finale.pdf

"Lorsque le Ministère du Logement, et les autres ministères selon toute vraisemblance, font leurs calculs internes, il utilise la valeur de 3,23 qui correspond effectivement à la situation française actuelle et que tout un chacun peut approcher par calcul en partant du « mix » de production électrique."

Le coeff. pour électricité devrait être de 3,23 et celui pour le gaz et le fioul de 1,25. 3,23 / 1,25 = 2,58. Donc si on met 2,58 à l'électricité au lieu de 3,23, on doit mettre aux autres 1 au lieu de 1,25.

 

Il y a 6 heures, Corpsomium a dit :

Disons que ça dépend sur quel point.

597375c8703cd.png

(source)

 

Et maintenant tu nous fais la même comparaison pour une PAC en considérant que selon la règle de calcul DPE des émissions marginales on considère que le chauffage fait appel aux seuls moyens de pointe évidemment polluants.

Je l'ai déjà fait cette comparaison et pour un logement BBC où le COP de la PAC sera pourri lors de ses fonctionnements, tu émets bien plus de polluants en recourant à l'électricité du réseau qu'avec un poêle mais au moins tu ne te pollues pas.

Ton lien dit bien "Les plus acceptables sont les appareils à granulés de bois (chaudières, insert ou poêles) dont les rendements sont élevés en raison de la qualité du combustible."

Les appareils Flamme verte 6* et 7* sont limités à 40 et 30 maintenant : https://www.flammeverte.org/decouvrir-flamme-verte/comprendre-etiquette

Sachant que cela est valable pour la pleine puissance où le rendement est moins bon que pour la puissance réduite donc la production de particules plus importante. Aucunement besoin de 5 kW de puissance dans un logement BBC, l'allure réduite est suffisante.

Ceci est aussi valable pour une prise d'air directe mais si tu utilises une ventouse verticale longue, tu augmentes encore le rendement du fait du réchauffage de l'air comburant et diminues les particules (tu en récupères un paquet en bas de ventouse).

Donc comme je l'ai dit dans le fil que tu cites, un chauffage par PAC est bien un chauffage par combustion :

 

"Chauffage solaire uniquement jusqu'à lundi inclus.

Dans la nuit de lundi à mardi on est descendu à moins de 1 °C.

Pas ou peu de soleil hier (production des panneaux proche de 0).

Dans la nuit de mardi à aujourd'hui (mercredi) on est descendu à - 3,6 °C.

Résultat des courses si je ne mets pas en route un autre moyen de chauffage (faute de chauffage solaire) la température descend.

Sachant que j'ai besoin de mettre en route ce moyen au moment du lever pour avoir une température suffisante soit quand il faisait moins de - 3 °C ce matin.

Admettons que j'utilise une PAC air-air, quel va être son COP à cette température et donc quelle va être sa consommation électrique en primaire ?

Quels vont être les moyens de production de l'électricité au moment de cet usage ? Quel est alors le facteur d'émission d'un kWh à la prise en terme de particules et de NOx ? J'ai bien peur qu'il s'agisse bien au final d'un chauffage par combustion."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites



Avec une VMC double flux tu arrives sans problème à maintenir la température de confort définie dans le CCH

Mais une ventilation double flux fait exploser la consommation des auxiliaires électriques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis dans le cas d'une PAC air/air (-15 C°/+40 C°) avec VMC double flux, pour 100M2, on chauffe à 22 C° et clim a 25 C°.

j'avais une facture annuel de presque 1200€/an (avant avec 11.5kW de radian, on avait presque 1600€).

J'ai depuis fais un deuxième étage, avec une PAC dernière génération (-25 C° et connecté), quant la vieille se "réchauffe" soit a partir de -3 C° environ, la nouvelle reste en mode chauffage.

Du coup je dirais que le COP dans les températures de -7 a 7 doit aussi dépendre de la génération de PAC. 

Fred

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Kratus a dit :


 


Mais une ventilation double flux fait exploser la consommation des auxiliaires électriques.

Oui dans l'absolu quoique ce n'est pas significatif, la mienne consomme environ 23 W en permanence donc pas beaucoup plus qu'une VMC simple flux, mais elle permet de bien réduire la consommation énergétique puisque l'on balance moins de calories par la ventilation en en récupérant une grande partie pour réchauffer l'air introduit.

Et en terme de confort c'est beaucoup mieux sans sensation de mouvement d'air froid.

 

il y a 18 minutes, kiterfoo a dit :

Je suis dans le cas d'une PAC air/air (-15 C°/+40 C°) avec VMC double flux, pour 100M2, on chauffe à 22 C° et clim a 25 C°.

j'avais une facture annuel de presque 1200€/an (avant avec 11.5kW de radian, on avait presque 1600€).

J'ai depuis fais un deuxième étage, avec une PAC dernière génération (-25 C° et connecté), quant la vieille se "réchauffe" soit a partir de -3 C° environ, la nouvelle reste en mode chauffage.

Du coup je dirais que le COP dans les températures de -7 a 7 doit aussi dépendre de la génération de PAC. 

Fred

Règle de 3 bête et méchante 1600/1200 = 1,33.

1600 / (0,15 × 100) = 107 kWh/m², donc logement bien isolé.

Ce qui confirme bien que le COP est très inférieur au coefficient EP/ef de 2,58.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans ton calcul, avant j'avais pas la clim l'été, maintenant, elle tourne tous l'été :)

Fred

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 12 minutes, kiterfoo a dit :

Dans ton calcul, avant j'avais pas la clim l'été, maintenant, elle tourne tous l'été :)

Fred

Le "COP" en clim. est élevé donc même si je considère la moitié de la conso. pour elle, on dépasse à peine le 2,58 (1600/600).

Cela ne change rien sur mon analyse sur le niveau d'isolation, les "1600" étant bien de kWh "thermiques".

Chez moi la clim elle est gratuite, VMC double flux en free cooling. Le niveau d'isolation permet de ne pas en avoir besoin. Je ne dépasse jamais une température intérieure inconfortable.

Modifié par ChristophedeNiort

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 11 minutes, kiterfoo a dit :

Dans ton calcul, avant j'avais pas la clim l'été, maintenant, elle tourne tous l'été :)

Fred

dommage 

chez moi, la gestion de température en été c'est grâce a l'isolation d'une part et la gestion des volets en automatique d'autre part!

en étage, je ne dépasse jamais les 25°C, pourtant exposé plein sud.

la PAC air/air sur un logement de 115M2 me permet d'économiser 3000kWh par an

facture totale de 11/2017 a 11/2018 de 1079€ tout compris, charge VE incluse

vmc simple flux , juste hygrorégulée

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'isolation n'est pas le point fort de ma maison :)

Et je n'ai pas de volets auto, je pense que ça doit être plus efficace que d'augmenter la résistance thermique de 2 ou 3. 

Fred

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

Automobile Propre

Automobile Propre est un site d'information communautaire qui est dédié à tout ce qui concerne l'automobile et l'environnement. Les thématiques les plus populaires de notre blog auto sont la voiture électrique et les hybrides, mais nous abordons également la voiture GNV / GPL, les auto à l'hydrogène, les apects politiques et environnementaux liés à l'automobile. Les internautes sont invités à réagir aux articles du blog dans les commentaires, mais également dans les différents forums qui sont mis à leur dispositon. Le plus populaire d'entre eux est certainement le forum voiture électrique qui centralise les discussions relatives à l'arrivée de ces nouveaux véhicules. Un lexique centralise les définitions des principaux mots techniques utilisés sur le blog, tandis qu'une base de données des voitures (commercialisées ou non) recense les voitures électriques et hybrides.

×