Aller au contenu
TONITO

Forum • voilà qui devrait enfin lancer le véhicule electrique....

Messages recommandés

La chine prend de grande décision,

 

de septembre 2014 à fin 2017 le gouvernement chinois va enlever les Impôts sur les véhicules électriques (10%)

les fabricants étrangers pourront aussi bénéficier de ce traitement,

de plus la ville de pékin rajoute a cela une aide de 13500 euro pour un véhicule électrique acheté !

 

et c'est là que l'on voit le retard considérable que PSA a pris, car il me semble que Citroen est fortement implanté en Chine

il va falloir mettre les bouchées doubles pour sortir des véhicules électriques sur le marché avant la date butoir de fin 2017 !!!

 

(en espagnol)

http://forococheselectricos.com/2014/07/china-eliminara-los-impuestos-al-coche-electrico.html#more-24645

Modifié par Invité

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore une bonne initiative autour de nous. On a déjà le bonus reste plus qu'à envoyer notre président en voyage officielle en Chine soit il revient avec une idée équivalente sur la TVA soit il le garde

 

Idem pour notre maire de notre capitale

 

Oui l'électrique pousse enfin très fort de partout et dans pratiquement tout les pays. Enfin de grès où de force on sera obligé d'y passer de toute les manières où si non c'est le cheval

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

...de plus nous serions tous gagnants, car une fois le produit élaboré pour la chine il ne resterait plus

qu'a le vendre chez nous (Europe)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Implantés ou pas, PSA ne pourra pas "inventer" un VE en trois ans après avoir tout fait pour

éviter de bosser sur les VE et les hybrides. C'est un débouché possible pour les voitures de leur

partenariat avec Mitsubishi mais bon, le pourvoyeur de technique c'est Mitsu.

 

Ce type d'aide peut favoriser la production d'électriques en Asie, par des constructeurs asiatiques.

Les Japonais sont en avance, les Coréens et les Chinois ont la capacité industrielle de leur emboîter le

pas. Dans quelques années le nombre de VE disponibles à la vente, y compris chez nous, devrait

être beaucoup plus important.

 

Nissan-Renault a sans doute des billes à placer en Chine, mais il va falloir simplifier le modèle économique

des Renault. Le Twizy pourrait y faire un carton.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je reste persuadé qu'il reste facile d’électrifier un véhicule existant en moins d'un an,

j'ai du mal a croire que PSA n'y est pas déjà occupé.

de plus PSA vient de conclure un partenariat avec une grande banque Espagnole et devrait avoir

une grosse bouffée d’oxygène avec un prêt de 1,5 milliards, j'ai du mal a croire que ce montant sera consacré au diesel !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En moins d'un an? Un proto "fait main" oui, c'est possible. Mais pour une production "de série" c'est plus compliqué. Créer les pièces spécifiques, les valider, trouver les fournisseurs, négocier les prix... Construire les outillages itou. Surtout quand il y a "rupture technologique" et qu'il s'agit d'autre chose que la "routine" consistant à faire "+1" comme d'hab. 205,206,207,208...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Effectivement dans l'article ci-dessous Renault et Dongfeng songent a la voiture électrique pour la Chine.

 

http://automobile.challenges.fr/actu-auto/20140710.LQA6346/renault-et-dongfeng-songent-a-la-voiture-electrique.html

 

Renault, qui entamera sa production en Chine en 2016, a entrepris de doubler son réseau de concessionnaires tout en intensifiant les discussions sur l'électrique avec son partenaire Dongfeng.

 

"Nous discutons actuellement avec Dongfeng de la faisabilité d'une introduction de véhicules électriques en Chine, et j'ai bon espoir qu'une décision sera prise bientôt", a déclaré Jérôme Stoll, directeur commercial de la marque, lors d'un point-presse à Pékin. "Il n'y a pas de calendrier établi, mais évidemment, ce que nous considérons, ce n'est pas l'importation mais une production locale" de modèles conçus pour la Chine, a-t-il insisté, se félicitant des mesures de Pékin pour stimuler le secteur et développer les infrastructures.

 

Alors que le pays connaît une pollution atmosphérique endémique, le gouvernement chinois a annoncé jeudi qu'il allait exempter de taxe à l'achat les véhicules "à énergies alternatives", électriques ou hybrides.

 

Peu présent en Chine (avec seulement des ventes de 34.000 crossovers urbains importés l'an dernier), Renault a officialisé en décembre son alliance avec Dongfeng, deuxième constructeur du pays — ce qui lui offrira l'implantation industrielle qui lui faisait défaut. Leur usine de Wuhan (centre), dont la construction suit pour le moment le calendrier prévu, doit démarrer son activité début 2016, fabriquant des 4x4 urbains (SUV) avec un volume initial de 150.000 unités par an.

 

Le constructeur français dispose actuellement d'une centaine de concessionnaires en Chine (pour écouler ses véhicules importés), et il souhaite doubler ce nombre d'ici à 2017, a indiqué de son côté Jacques Daniel, responsable de la coentreprise. Alors que l'organisation commerciale existante sera intégrée dans le réseau de distribution de Dongfeng-Renault, "nous avons l'intention d'avoir 150 concessionnaires prêts en 2016" au moment où la nouvelle entité produira ses premiers véhicules, a-t-il précisé.

 

Mais "la visibilité de la marque Renault en Chine demeure très peu élevée", regrette Jérôme Stoll. "Nous avons 115 ans d'histoire, et les Chinois n'en savent rien. Il faut que nous leur expliquions qui nous sommes".

 

De fait, le volume des ventes actuelles de la marque au losange en Chine — en dépit d'un bond de plus de 40 % au premier semestre 2014 — reste confidentiel à l'aune du premier marché automobile mondial. A cet égard, la Formule 1, où le groupe français a fait ses preuves, pourrait servir d'efficace relais promotionnel, estime M. Stoll. Très présent à Shanghai en avril dans les courses du Grand Prix de Chine, Renault sera également mis à l'honneur en septembre à Pékin lors du premier championnat de Formule 1 électrique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
En moins d'un an? Un proto "fait main" oui, c'est possible. Mais pour une production "de série" c'est plus compliqué. Créer les pièces spécifiques, les valider, trouver les fournisseurs, négocier les prix... Construire les outillages itou. Surtout quand il y a "rupture technologique" et qu'il s'agit d'autre chose que la "routine" consistant à faire "+1" comme d'hab. 205,206,207,208...

 

 

oui d'accord, dans mon esprit je pense pas une seconde que PSA n'a rien de (presque) pret,

je me trompe peut etre, de toute façon le VE electrique du moment, ne convient pas a la majorité des gens (dans nos têtes)

et comme c'est nous qui achetons....

tant que les VE actuels n'auront pas des autonomies doublées et des prix rabotés (équivalent au VT) cela restera un marché de niche.

Rien est figé, PSA pourra passer sans problème à des Hybrides rechargeables (essence) et des VE quand il y aura une vrai demande !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce pays pourrait être celui qui va faire exploser le véhicule électrique au moins en volume

 

La Chine s’arme pour une difficile « guerre contre la pollution »

 

- See more at: http://www.goodplanet.info/actualite/2014/07/09/la-chine-sarme-pour-difficile-guerre-la-pollution/#sthash.MbSEhoA4.dpuf

 

Pékin (AFP) – Tribunaux ad hoc, amendes journalières, menaces de fermetures définitives d’usines: la Chine fourbit les armes d’une guerre déclarée à la pollution, mais les analystes préviennent que ces initiatives prometteuses n’ont pas de garantie de résultats.

 

Depuis des décennies, Pékin a sacrifié l’environnement sur l’autel d’une croissance économique fulgurante. Des centaines de millions de Chinois ont vu leur niveau de vie s’élever, mais une part croissante d’entre eux exige désormais une qualité de vie meilleure.

 

Outre les problèmes de santé et d’environnement qu’ils suscitent, l’air âcre, la pollution de l’eau et des sols nuisent à l’image du pays: touristes et hommes d’affaires sont rebutés par l’image de Pékin étouffé dans un nuage de brouillard industriel.

 

Ces derniers jours, à l’ouverture de la saison touristique, la capitale a enregistré des taux de pollution supérieurs à 300, selon les mesures de l’ambassade américaine, soit 12 fois supérieurs aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

 

Pourtant, le combat contre la pollution se heurte aux résistances des industries et des responsables locaux, ainsi qu’aux craintes de Pékin d’un ralentissement de la croissance, source de “troubles sociaux”.

 

« Nous voyons de vastes plans d’actions, très concrets, qui comprennent des mesures fortes, notamment en termes de surveillance publique », a indiqué Ma Jun, expert des questions environnementales basé à Pékin.

 

Reste que « la mise en œuvre de ces mesures sera très difficile, parce qu’elle touchera beaucoup d’intérêts différents et de lourds investissements », a-t-il ajouté.

 

Parmi les engagements pris par Pékin, l’obligation pour 15.000 entreprises de dévoiler leurs taux d’émissions de polluants en temps réel.

 

En mars, le Premier ministre Li Keqiang a déclaré « la guerre à la pollution », promettant de fermer 50.000 fours à charbon et d’envoyer à la casse six millions de vieilles voitures.

 

Le mois suivant, le gouvernement a modifié sa loi de protection de l’environnement, pour la première fois en 25 ans, afin de permettre aux associations de poursuivre les pollueurs, eux-mêmes exposés à des peines plus lourdes, parmi lesquelles des amendes journalières.

 

En juin, un média officiel a fait part pour l’an dernier de l’arrestation de 200 personnes et la fermeture de 3.500 entreprises pour des délits touchant à l’environnement.

 

La semaine dernière, la Cour Suprême a annoncé la formation d’un nouveau tribunal, chargé des affaires d’environnement.

 

A sa tête, Zheng Xuelin a néanmoins admis que des pollueurs risquaient de passer entre les mailles du filet. « Les tribunaux veulent traiter certaines affaires mais n’osent pas le faire à cause de certaines interférences », a-t-il expliqué.

 

Malgré les interrogations sur leur application, Ma Jun estime de son côté que ces engagements représentent un changement spectaculaire de la part d’un gouvernement qui refusait de publier les chiffres de la qualité de l’air il y a quelques années. Presque 200 villes chinoises rendent ces données publiques aujourd’hui.

 

« C’est la première fois que le gouvernement montre une véritable volonté politique de résoudre le problème de la pollution de l’air », juge l’expert.

 

La Chine s’est déjà fixé des objectifs rigoureux en termes de qualité de l’air et s’est engagée à réduire la proportion d’énergie provenant du charbon à 65% d’ici à 2017.

 

Le gouvernement a également promis de dépenser 1.700 milliards de yuan (200 milliards d’euros) sur cinq ans pour réduire la pollution de l’air, et d’évaluer les gouvernements locaux sur leur engagement en la matière.

 

Pour l’heure, ces objectifs n’ont pas été atteints: la qualité de l’air est encore descendue en-dessous des standards nationaux dans 71 des 74 plus grandes villes du pays l’année dernière.

 

L’autorisation accordée aux associations d’attaquer les pollueurs en justice pourrait, elle, se heurter au parti unique et sa tendance à vouloir dicter seul le changement.

 

Plusieurs experts des questions environnementales ont ainsi été condamnés ces dernières années et des manifestations contre des usines chimiques ont été violemment réprimées.

 

Les mesures annoncées visent surtout la côte est, la partie la plus développée du pays, où les revendications des habitants sont mieux entendues. Dans l’Ouest, des projets prévoient la construction d’usines qui convertiraient le charbon en gaz et l’achemineraient vers l’Est.

 

“Quand on construit des équipements qui valent plusieurs milliards de dollars, on attend forcément un retour sur investissement”, a reconnu Alvin Lin, directeur de la politique climatique et énergétique chinoise pour le Conseil de défense des ressources naturelles.

 

“On peut donc s’attendre à ce que ces usines soient utilisées au maximum de leurs capacités”.

 

- See more at: http://www.goodplanet.info/actualite/2014/07/09/la-chine-sarme-pour-difficile-guerre-la-pollution/#sthash.MbSEhoA4.dpuf

image.jpg.5fcb934fe287533fffdf8ede99a01935.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

.de plus nous serions tous gagnants, car une fois le produit élaboré pour la chine il ne resterait plus

qu'a le vendre chez nous (Europe)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore une bonne initiative autour de nous. On a déjà le bonus reste plus qu'à envoyer notre président en voyage officielle en Chine soit il revient avec une idée équivalente sur la TVA soit il le garde

 

Idem pour notre maire de notre capitale

 

Oui l'électrique pousse enfin très fort de partout et dans pratiquement tout les pays. Enfin de grès où de force on sera obligé d'y passer de toute les manières où si non c'est le cheval

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

Automobile Propre

Automobile Propre est un site d'information communautaire qui est dédié à tout ce qui concerne l'automobile et l'environnement. Les thématiques les plus populaires de notre blog auto sont la voiture électrique et les hybrides, mais nous abordons également la voiture GNV / GPL, les auto à l'hydrogène, les apects politiques et environnementaux liés à l'automobile. Les internautes sont invités à réagir aux articles du blog dans les commentaires, mais également dans les différents forums qui sont mis à leur dispositon. Le plus populaire d'entre eux est certainement le forum voiture électrique qui centralise les discussions relatives à l'arrivée de ces nouveaux véhicules. Un lexique centralise les définitions des principaux mots techniques utilisés sur le blog, tandis qu'une base de données des voitures (commercialisées ou non) recense les voitures électriques et hybrides.

×