Pour avoir un lien à indiquer pour ceux qui diraient que les VE sont 0 pollution, j'ouvre ce fil pour mettre tous les éléments concernant les particules d'abrasion : http://www.gecoair.fr/2018/04/19/des-particules-fines-quelque-soit-le-vehicule/
"Quels véhicules sont concernés ? Tous les véhicules sont concernés. Et oui, même un véhicule électrique émet donc des particules fines, même si les freins, moins sollicités grâce à la récupération d’énergie au freinage, émettent moins de particules en comparaison d’un véhicule classique. Quels sont les ordres de grandeurs ? Les émissions de particules fines (PM10) par un véhicule particulier liées aux phénomènes d’abrasions des pneumatiques, des freins et de la route sont de l’ordre de 10 à 40 mg par kilomètre parcouru. Ces niveaux sont loin d’être négligeables, au-delà des niveaux d’émissions à l’échappement des véhicules récents essence comme Diesel. En 2015, l’Observatoire de la qualité de l’air en Ile-de-France estimait que 41% des particules fines en suspension émises par le trafic routier francilien provenaient de cette source polluante. Bien sûr, ces niveaux dépendent de nombreux facteurs : caractéristiques du véhicule (masse, pressions de pneumatiques, etc.), profil de la route (sinuosité, pente, dévers), style de conduite (intensité des freinages et accélération, vitesse en courbe), conditions ambiantes (températures, pluie, neige, etc.) ou encore du type de revêtement de la route. Le conducteur averti entend aisément que la durée de vie de ses pneumatiques et plaquettes de freins dépend fortement de son style de conduite : il en va de même pour les particules fines engendrées par cette usure !"
J'utilise cette application pour l'ensemble de mes trajets (hors ville majoritairement) et mes moyennes d'émissions de particules des voitures sont les suivantes :
- minicitadine essence 840 kg : moins de 4 mg/km,
- Zoé : plus de 8 mg/km.
Sachant que pour tous les trajets j'ai systématiquement 4 coches en style de conduite ce qui veut dire que j'ai réussi à m'approcher à moins de 10 % des valeurs optimales calculées par le logiciel en fonction du trajet et du véhicule.
Cette application calcule aussi un taux d'émissions de CO2 qui comparé à la consommation de l'odb s'avère extrémement précis. On voit donc bien que la minicitadine essence de 840 kg émet moins de particules qu'une Zoé de 1500 kg.   http://www.airparif.fr/calculateur-emissions/
Pour 100 km pour avoir des valeurs significatives (classement en fonction des particules) :
"- bus moyen IdF : 0,43 g de particules PM10 et 18,1 g d'oxydes d'azote avec 60 passagers,
- 2 roues CRIT'AIR 1 (EURO 4) : 1,9 g de particules PM10 et 6,2 g d'oxydes d'azote
- bus avec 12 passagers : 2,15 g de particules PM10 et 90,5 g d'oxydes d'azote,
- VT essence hy CRIT'AIR 2 : 2,67 g de particules PM10 et 4,9 g d'oxydes d'azote
- VE : 2,69 g de PM10
- VT essence hy CRIT'AIR 1 : 2,69 g de particules PM10 et 2,7 g d'oxydes d'azote
- VT essence CRIT'AIR 2 : 2,7 g de particules PM10 et 7,5 g d'oxydes d'azote
- VT essence hy CRIT'AIR 3  : 2,7 g de particules PM10 et 12,9 g d'oxydes d'azote
- VT essence CRIT'AIR 1 : 2,74 g de particules PM10 et 4,1 g d'oxydes d'azote
- VT essence CRIT'AIR 3 : 2,76 g de particules PM10 et 19,5 g d'oxydes d'azote
- VT gazole hy CRIT'AIR 2  : 2,76 g de particules PM10 et 34,7 g d'oxydes d'azote
- VT gazole CRIT'AIR 2  : 2,86 g de particules PM10 et 52,6 g d'oxydes d'azote
- 2 roues CRIT'AIR 4 : 5,28 g de particules PM10 et 16,9 g d'oxydes d'azote
- VT gazole CRIT'AIR 3 : 6,34 g de particules PM10 et 58,9 g d'oxydes d'azote
- VT gazole CRIT'AIR 4 : 7,02 g de particules PM10 et 78,9 g d'oxydes d'azote
- VT gazole CRIT'AIR 5 : 8,96 g de particules PM10 et 72 g d'oxydes d'azote   Cela entraîne une prise de conscience et la prise en compte de ce phénomène dans les Plans de Protection de l'Atmsophère rédigé par les préfets (représentants de l'Etat) ou dans le Plan Climat Air Energie de la Métropole de Grand Paris. http://www.metropolegrandparis.fr/sites/default/files/plan_climat_air_energie_metropolitain.pdf (ATTENTION CELA OUVRE UN PDF).
Page 69 "L’abrasion : une source de particules importante
À mesure de l’amélioration technologique des véhicules et de la diminution des émissions de particules à l’échappement, la part des émissions liées à l’abrasion des pneus, freins et routes devient prépondérante, avec 42% des émissions primaires de PM10 en 2012.
Ce gisement n’est quasiment pas sensible à l’amélioration des technologies de véhicules motorisés, et sa réduction passe donc obligatoirement par une réduction des déplacements motorisés."
Sur la même page il est bien indiqué que la pollution est le produit des facteurs d'émissions du moyen de déplacement par l'usage (fréquence et longueur).
A ce titre dire qu'un véhicule est moins polluant ne veut absolument rien dire si on ne tient pas compte de son usage.
Donc pour réduire la pollution il faut bien réduire l'usage des voitures.   Modifications apportées au texte initial en fonction des échanges : Ajout de contributions intéressantes émises dans ce sujet : Et plus particulièrement du tableau récapitulatif et de la conclusion : "Conclusion des auteurs: les émissions de particules fines des véhicules électriques sont équivalentes à celles des véhicules thermiques. " Le tableau provient de ce document : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S135223101630187X?via%3Dihub
Dans Points forts on a : "Non-exhaust sources account for 90% of PM10 and 85% of PM2.5 from traffic." ce qui se traduit part Les sources hors échappement représentent 90% des PM10 et 85% des PM2,5 provenant du trafic."   Il a été mis un lien vers un document émanant du Centre d'études des Tunnel (ATTENTION CELA OUVRE UN PDF) http://www.cetu.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/CETU_DocInfo_Calcul_des_Emissions_2012.pdf Ce document évalue les émissions à l'échappement et hors échappement pour le dimensionnement des ventilations. Il indique en conclusion page 22 "La composante hors échappement, non sensible aux progrès technologiques, devient prépondérante par rapport à la composante échappement qui bénéficie des progrès liés à la mise en place de filtres à particules".
Le gouvernement anglais considère que quelquesoit la source les particules ont la même toxicité.
https://www.theengineer.co.uk/electric-vehicles-and-particulates/
"There have been numerous studies of the effects of airborne particles on human health, many of which in recent years have tried to differentiate the toxicity of particles of different composition and size arising from various sources. These do not paint a consistent picture and the current advice from the government’s advisory committee, COMEAP, is that all should be treated as being of equal toxicity per unit mass."   Voilà pourquoi le gouvernement anglais considère la même toxicité quelque soit la provenance : http://www.cancer-environnement.fr/557-Caoutchouc.ce.aspx "Les expositions professionnelles liées aux activités de l’industrie du caoutchouc ont été classées cancérogènes pour l’Homme (groupe 1) par le CIRC en 2012." "Les travailleurs peuvent être exposés au caoutchouc et ses substances telles que les nitrosamines*, par inhalation et par voie cutanée (poussières, vapeurs, fumées). La population générale peut être également exposée par voie cutanée mais aussi par voie orale, notamment les enfants en bas âge." "Des antioxydants, des antimicrobiens et d’autres espèces chimiques, potentiellement dangereuses pour la santé sont également retrouvées dans les matériaux en caoutchouc : - hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), - phtalates, - formaldéhyde, - benzène, etc." Tableau 1 Evaluation de la cancérogénicité des agents utilisés au sein de l'industrie du caoutchouc Substance cancérogène Classification CLP CIRC Organes cibles des cancers Noir de carbone - 2B Chez l’animal : poumons ortho-toluidine Carc.1B 1 Vessie N-phényl-2-naphtylamine (PBN) Carc.2 3 Vessie 2-naphtylamine Carc.1A     Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) exemple benzo[a]pyrène Carc.1B Muta.1B Repr. 1B 1 Peau, poumons, vessie, reins (suspectés) 4,4’-méthylène bis (2-chloroaniline) (MOCA) Carc.1B 1 Vessie 4-4’-diaminophénylméthane (MDA) Carc.1B Muta.2 2B Chez l’animal : foie et thyroïde 1,3-butadiène Carc.1A Muta.1B 1 Leucémie, cancers hématopoïétiques Formaldéhyde Carc.1B Muta.2 1 Nasopharynx Cavités nasales et sinus (suspectés) Leucémie (suspectée) Trichloroéthylène Carc.1B Muta.2 1 Sites différents en fonction des espèces animales chez l’homme : cancers du foie et des voies biliaires, lymphomes non hodgkiniens sont suspectés dans des études épidémiologiques Dichlorométhane Carc.2 2B Foie et poumons chez la souris N-nitrosamines * 2A (ex : NDMA), 2B ou 3 Vessie (suspecté), autres organes cités selon les N-nitrosamines Rayons X - 1 Leucémie, thyroïde, os Silice cristalline - 1 Poumons *Certains N-nitrosamines sont classées C1B (dimethylnitrosoamine; N –nitrosodimethylamine)   Cela fait quand même un paquet de substance en groupe 1 du CIRC. Les HAP c'est bien ce qui fait la dangerosité des particules de combustion du diesel, le benzène celle des particules de combustion de l'essence.   Pour mémoire certains enrobés contiennent de l'amiante : http://www.chantiersdefrance.fr/marches/desamiantage-casse-tete-enrobes-bitumineux/ "A Paris, 39% des enrobés contiennent de l’amiante (chrysotile, actinolite) pour une surface totale estimée à 836 000 m². Même pas la peine de vérifier le classement CIRC de ce produit." http://scolamiante.inrs.fr/amiante/jsp/evaluation.jsp?noGa= Brossage / Grattage manuel sur bitume sans travail humide et sans captage à la source : Empoussièrement :35 f/l